Pause café : toutes blessent, la dernière tue

Toutes blessent, la dernière tue

Karine GIEBEL - 2018





Hello la compagnie !



On se retrouve aujourd'hui pour un nouveau livre que j'ai lu en très peu de temps. Le dernier ouvrage de Karine GIEBL "Toutes blessent la dernière tue". 

Je préfère prévenir que ce livre est vraiment dur. Il y a des passages violents, qui peuvent heurter la sensibilité de certaines personnes.
Je me sentais parfois moi-même "mal", parce que Karine Giebel (et c'est sa force d'ailleurs) a une capacité d'écrire de telle façon qu'on visualise toutes les scènes.
Bref, venons-en au fait…



Synopsis


Tama est une petite fille marocaine qui voit sa vie basculer suite au décès de sa mère. Elle se retrouve chez sa tante, qui finit par lui présenter une femme Mejda. Son père accepte de vendre Tama à Mejda, pensant qu'elle l'emmenait en France pour un avenir meilleur.
Malheureusement, le tableau est beaucoup plus sombre. Tama finit par devenir esclave de d'une famille en banlieue parisienne, devant réaliser le moindre de leurs désirs sans jamais aucune reconnaissance pour le travail accompli.

Entre les violences, les maltraitances et les humiliations vécues au quotidien, Tama tente de s'en sortir et développe des capacités incroyables.

Parallèlement à l'histoire de Tama, nous découvrons Greg un personnage mystérieux qui vit seul dans une maison isolée des Cévennes. Qui est-il? Quels secrets cachent-ils? Et surtout, a-t-il un lien avec Tama?




Mon avis :

Je me suis tellement attachée à cette petite Tama… J'avais presque l'impression de la connaître, et envie de la sortir de cette situation si compliquée (peut-être un transfert par rapport à mon métier d'assistante sociale haha).

Je trouve que ce livre mériterait d'être plus connu parce qu'au-delà d'une simple fiction, il dénonce l'esclavagisme qui, bien qu'étant aboli depuis de nombreuses années, subsiste dans notre pays. Les maltraitances qui sont souvent banalisées sont également décriées et l'auteure parvient très bien à démontrer l'impact des violences vécues en étant enfant sur une vie d'adulte.

Néanmoins et comme j'ai déjà pu le dire plus haut, ce livre (comme par exemple le purgatoire des innocents) reste dur, et très réaliste.

Ca peut peut-être paraître bizarre, mais ce que j'apprécie vraiment chez Karine Giebel c'est que le déroulé et l'issue du livre n'est pas toujours heureuse (je ne vous dis rien pour celui-là, à vous de découvrir). Elle se rapproche de la réalité et ne sort pas des hypothèses tordues pour que l'héroïne s'en sorte sans aucune séquelle. C'est bien ce réalisme qui rend la lecture d'autant plus réelle et difficile.

En lisant cet ouvrage, vous ne pouvez pas rester insensible. Je sais que je dormirai encore un petit moment avec Tama dans un coin de mon esprit…






Extraits :


"Un jour, alors que nous nous baladions du côté de chez Wassila, Iz et moi avons vu un vieux cadran solaire sur la façade d'une ferme sans âge. Dessus, il y avait une inscription en latin. Vulnerant omnes, ultima necat. Quand nous sommes rentrés à Montpellier, j'ai cherché la signification de cette locution. Toutes blessent, la dernière tue.
Toutes les heures blessent, la dernière tue."

"Elle était la voix de l'horreur, de l'indicible et de l'intolérable. 
La voix des esclaves.
A cette seconde, terrible, elle était toutes les femmes blessées, torturées. Elle était leur douleur, leur souffrance, leur courage. Leurs larmes et leurs désespoirs. 

Elle était l'enfant bafouée, volée, abandonnée. 
Elle était les échines courbées, les rêves brisés, les détresses silencieuses, les longues nuits de solitude. 
Elle était les appels au secours qu'on n'écoute pas, les cris qu'on n'entend plus. 
Elle était le monde tel qu'il est, tel qu'on refuse pourtant de le voir".

"Donc, l'esclavage n'existe plus. Interdit, dans le monde entier.
C'est une bonne nouvelle, mais il devrait y avoir des gens chargés de vérifier qu'il ne reste pas d'esclaves dans les buanderies.
Dommage qu'ils n'aient pas pensé à ça lorsqu'ils ont aboli l'esclavage".





Un livre que je ne peux que vous recommander.


Bonne lecture et à tout bientôt !

Commentaires

Articles les plus consultés