Bilan Livresque (mais pas que...) - Avril 2019

Bilan livresque (mais pas que...)
Avril 2019


Hello la compagnie !


J'espère que vous allez bien en ce premier jour du joli mois de Mai (l'un de mes préférés et pas uniquement parce que c'est le mois de mon anniversaire héhé).


Je reviens enfin pour un petit bilan ! Je vous avais abandonné les mois précédents mais sincèrement la motivation s'en est allée très, très loin...

Bref trêve de blabla, on commence tout de suite avec le bilan de mes lectures du mois (et autant vous dire que ce mois-ci, je me suis fais plaisir !). Pas de déception, et un gros coup de cœur, une découverte d'un auteur que je ne connaissais pas… Bref, ça se passe juste après ;) (P.S : prévoyez un petit thé, cet article s'annone long !)



Bilan Livresque


J'ai dû rêver trop fort
Michel Bussi - 2019
Edition Presse de la Cité



J'ai commencé le mois d'Avril avec cette très jolie lecture de Michel Bussi. Je ne vais pas m'étendre sur le résumé de mon livre et mon avis, puisque j'y ai consacré une chronique entière juste ici.
Note : 4/5
(J'ai même pu le présenter à l'Apéro Littéraire et ça c'est plutôt cool !)


La vie secrète des écrivains
Guillaume Musso - 2019
Edition Calmann Levy




Souvent, lorsqu'on dit qu'on lit du Musso, on nous regarde un peu de travers. Considéré comme une lecture de plage, beaucoup de gens passent à côté de la lecture de cet écrivain.
J'avoue que certains de ses romans pouvaient donné l'impression de "fleur bleue", tout est beau tout est rose, tout le monde s'aime… (bon en soi on va pas se mentir, ça fait du bien des fois aussi ce genre de lecture !)

Mais là… Je dois vous dire que j'ai trouvé que Musso a pris un tournant dans sa façon d'écrire qui me plaît vraiment ! Déjà amorcé avec son dernier roman "la fille de papier", Musso se tourne de plus en plus vers le thriller et le polar. Et c'est loin de me déplaire !

J'ai dévoré "la vie secrète des écrivains" en très peu d'heures. J'ai vraiment passé un bon moment de lecture. Et j'aime définitivement les livres qui parlent d'écrivain !

D'ailleurs, j'ai trouvé un "petit" air de ressemblance avec le speech de "La Vérité Sur l'Affaire Harry Quebert" de Joel Dicker. On y retrouve un jeune écrivain en quête de son héro, son mentor réfugié sur une île dans le Sud-Est de la France. Petite île qui sera le théâtre d'un drame pour la première fois depuis des années : le corps d'une femme est retrouvée, cloué à un arbre.
La question que tout le monde se pose évidement étant pourquoi un auteur si réputé, ayant publié trois romans devenus cultes, annonce soudainement mettre fin à une carrière prometteuse pour vivre reclus à Beaumont ? Aucune interview accordé en 20 ans, pas une seule impression, il s'est enfermé dans sa maison majestueuse en bord de plage. Mathilde, jeune journaliste suisse à 20 minutes ne l'entend pas de cette oreille et souhaite à tout prix obtenir l'exclusivité de cet auteur.

Bien sûr, les enquêtes se croisent, chaque acteur a sa part d'ombre qui se révèle au fur et à mesure des pages. Sincèrement, j'ai vraiment accroché à cette intrigue et pour moi, tout est bon dans ce roman ; pas de lenteurs, pas de lourdeurs, c'est juste ce qu'il faut quand il faut. Les personnages se révèlent peu à peu, apportent leur pièce à cette édifice particulier, les scènes sont décrites parfaitement et tout prend facilement vie dans notre esprit.

Note : 4/5


Ciao Bella 
Serena Giuliano - 2019
Edition Cherche Midi


" Attention : la lecture de Ciao Bella pourrait avoir des conséquences irréversibles : parler avec les mains, écouter avec le cœur, rire de tout (et surtout de soi), ou devenir accro aux pasta al dente".

Le décor est planté dès la quatrième de couverture, ce roman est un hymne italien !
C'est l'histoire d'Anna, jeune quarantenaire qui a la phobie du chiffre 4. Elle décide de commencer une thérapie lorsqu'elle apprend être enceinte de son deuxième enfant et fait une rencontre qui va bouleverser sa vie, sa psychologue qu'elle surnomme Lisy.
Anna souffre de plusieurs phobies et angoisses qui rendent son quotidien compliqués. Elle effectue un long travail sur elle-même, épaulé par sa thérapeute. Au cours de son voyage dans son passé, on découvre peu à peu des blessures qui expliquent son comportement d'aujourd'hui. Blessures profondément enfouies, mais jamais soignées qui resurgissent toujours quand il ne le faut pas.

Alors peu à peu, Anna va tenter d'apprivoiser son passé, de l'accepter et de le changer en positif pour son futur. Elle apprend à s'écouter, à oser vivre ses rêves.

Ciao Bella est un roman feel-good et on s'attache très rapidement à cette Anna que la vie a quelque peu écorché et qui tente peu à peu de rebondir. Anna, c'est un peu de nous, un peu de notre copine, on s'identifie très vite à elle, on se retrouve dans certaines de ses peurs ou de ses frustrations. Elle nous invite à nous questionner sur notre vie, nos envies, nos faiblesses et nos failles qui peuvent représenter nos plus belles forces.

Bien que ce roman ne soit pas une autobiographie, j'ai apprécié certains éléments de la vie de Serena Giuliano (notamment lorsqu'elle évoque certains posts en rapport avec son blog). On y retrouve aussi un peu de Virginie Grimaldi, et ça c'est carrément top !

Bref un joli roman, à déconseiller par contre si vous n'aimez pas les romans "feel-good" où tout est un peu édulcoré et où tout se finit plutôt bien...
P.S : je suis ultra fan de cette couverture que je trouve sublime !

Note : 3/5


La chambre des Merveilles
Julien Sandrel - 2018
Edition Livre de Poche


Attention, ce roman va vous chambouler.

Louis est un ado de 12 ans qui vit avec sa mère, Thelma, working girl qui est obnibulée par son travail dans une entreprise de shampoing antipelliculaire. Son travail prend tellement de place pour elle qu'elle en oublie parfois l'essentiel...

Un samedi matin, Louis et sa mère se dirige vers le brunch mensuel avec la mère de Thelma. Comme souvent, Louis traîne au lit et Thelma est préoccupée par son travail.
Sur le chemin, le jeune garçon veut enfin avouer à sa mère quelque chose qui lui tient à cœur : il est amoureux pour la première fois de sa vie. Malheureusement et comme souvent, sa mère est prise psychologiquement par son travail et ne lui accorde aucune attention.

Alors Louis décide de filer sur son skate pour lui montrer son agacement. Sauf que… Un camion se retrouve sur sa trajectoire et Louis ne peut l'éviter. 
Nous sommes le 7 Janvier 2017, il est 10H32 et la vie de Thelma s'est arrêté avec la vision de son fils inanimé dans la rue. Il est plongé dans un profond coma.

S'en suit de longues heures d'angoisse, de questions, de remise en cause de sa façon de vivre. Elle envoie bouler son boss et ne vit plus que pour une chose : le réveil de son fils.

Un soir, en rentrant, elle fouille la chambre de Louis et tombe sur un cahier caché sous le matelas : le cahier des merveilles dans lequel sont notés les rêves de son fils.
Quel meilleur moyen pour faire revenir quelqu'un du coma que de lui montrer que la vie vaut le coup d'être vécu ?
Alors elle s'adonnera à réaliser les rêves de son fils, certains anodins (qui n'a jamais voulu monter dans un taxi en hurlant "suivez cette voiture"?) d'autres beaucoup plus profonds (je ne vous spoile rien, à vous de lire pour en connaître plus !).

Ce roman est un hymne à la vie, à l'amour d'une mère pour son fils qui peut déplacer les montagnes. C'est une belle histoire qui nous pousse aussi à réfléchir à tous ces rêves que nous attendons parfois avant de réaliser en se disant toujours qu'on aura le temps plus tard… Alors, qu'est-ce qu'on attend pour les réaliser ??

Note : 5/5


Mörk
Ragnar Joasson - 2018
Edition Point







J'ai découvert Ragnar Jonasson avec plaisir à travers cette première lecture (oui je n'ai pas lu dans l'ordre de parution…). En soi ce n'était pas gênant, étant donné que les enquêtes sont indépendantes mais on retrouve les mêmes personnages notamment l'enquêteur Ari Thor.

L'action se déroule dans une ville Islandaise au nom imprononçable,  Siglufjördur (allez-y en le répétant 3x vite sans vous tromper, je vous mets au défi !). 
Petite ville perdue sans histoire, où la pêche aux harengs étaient un sport national, Siglufjördur est un havre de paix, jusqu'à un évènement tragique. 
Un inspecteur de police respecté est retrouvé inconscient aux abords d'une maison abandonnée. Son jeune collègue, Ari Thor, va enquêter pour comprendre pourquoi cet officier de police s'est rendu dans ce lieu et surtout, que s'apprêtait-il à découvrir ayant entraîné son décès ?

Tout au long du roman, on alterne entre l'enquête d'Ari Thor et une petite voix enfermée dans un hôpital psychiatrique. Jusqu'au bout, on ne saura pas de qui il s'agit ni du lien existant avec l'enquête en cours.
Un bon moment de lecture, une intrigue bien ficelée et j'adore l'ambiance des pays nordiques (j'ai une vraie passion pour ces pays aller savoir pourquoi !).

Note : 4/5

Snorj
Ragna Joasson - 2016
Edition Point



Même écrivain, même ambiance, même ville, même construction, même personnage… Mais enquête différente !

On retrouve Ari Thor mais qui vient à peine de terminer ses études et qui n'est pas encore marié… (vous l'aurez compris, lisez d'abord celui-ci si jamais !).
Ari Thor a eu une proposition de travail dans une petite ville islandaise qu'il ne sait pas situé sur une carte, Siglufjördur. Il rejoint un commissariat où, lui assure-t-on, il ne se passe jamais rien. Arrivé en plein hiver, Ari Thor a quelques difficultés à se faire à ces tempêtes de neige violentes mais aussi à cette nuit permanente. 

Pourtant, le calme de cette ville se trouve perturbé par le décès "accidentel" d'un écrivain célèbre retraité, qui anime le club de théâtre. Il est retrouvé mort après une chute dans l'escalier. Chute liée à l'alcool, ou provoquée ? Telle est la question… 
Quelques jours s'écoulent avant que le corps d'une femme inconsciente et à demi-nue est retrouvée dans la neige devant sa maison.
Ari Thor, persuadé qu'il s'agit de crimes pour les deux situations, va tout faire pour démêler et trouver les éventuels coupables, envers et contre tous.

Nous retrouvons la même structure avec des descriptions à la première personne, écrit en italique. Nous ne comprenons pas de suite de quel évènement ni de quel personnage il s'agit.

J'aime beaucoup ce principe d'alterner entre deux histoires qui finissent par se croiser, et révéler plein de clés pour la suite de l'enquête.
J'aime globalement bien la façon dont l'auteur présente ses intrigues et mène les enquêtes policières.
J'ai hâte de découvrir son roman "La fille de Reykjavik" qui attend sagement dans ma PAL !

Note : 4/5



Une Sirène à Paris
Mathias Malzieu
Edition Albin Michel



On dit souvent de moi que je suis une enfant enfermé dans un corps d'adulte. Pour moi, tout est propice à rêves et fééries. Et bien c'est exactement ce que j'ai retrouvé dans ce roman.

Un roman qui parle d'amour, d'objets plus farfelus (je veux ce voice-o-graph et coquelicophone !). Bref une sirène à Paris c'est l'histoire d'une créature extraordinaire qui croise la route d'un homme ordinaire. Qui va lui rappeler ce que ça veut dire, aimer.
Cet homme qui survit miraculeusement (contrairement à d'autres) aux chants mortels de la sirène.
Cet homme qui fera tout pour sauver cette femme à écailles et aux larmes de perles.

Un roman qui change de ce que je lis habituellement, un style d'écriture qui m'a beaucoup plus et j'ai surtout grandement apprécié pouvoir laisser mon imagination enfantine se remettre en route et espérer croiser un jour, une sirène échouée au bord d'un canal...

Note : 3/5


Surface
Oliver Norek - 2019
Edition Michel Lafon


C'est mon coup de cœur du mois !
J'ai découvert ce livre lors d'un Apéro Littéraire de Carobookine. Son enthousiasme et le résumé du livre m'a conquis, j'ai foncé en librairie dès le lendemain me le procurer… Aucun regret !

Noémie, flic du 36 quai des Orfèvres, a tout pour réussir : un job qui l'a fait vibrer, un chéri qui la comble, un groupe de potes super sympas… Bref, une vie rangée, tranquille.

Jusqu'au jour de cette maudite intervention qui tourne mal. Lors de son arrivée dans l'appartement du suspect, elle se retrouve face à cet homme qui lui tire dessus avec un fusil de chasse. La balle la touchera en plein visage, la défigurant gravement. 
D'un seul coup, tout s'écroule ; son mec ne supporte plus son reflet et la quitte, sans aucune explication. Sa hiérarchie ne souhaite plus la voir réintégré son service, craignant que son reflet rappelle perpétuellement à son équipe la dangerosité de leur travail.
De plus, Noémie, traumatisée par son accident, n'arrive plus à tenir une arme entre les mains.

Alors, ses responsables prennent la décision de la muter dans l'Aveyron, afin d'étudier la nécessité d'un commissariat dans une petite ville tranquille. Noémie se fait appeler "No", surnom qui marquera le début d'un tournant dans sa vie.
Ville tranquille, vous avez dit ? Pas si sûr…

Avalone est une ville construite autour d'un lac avec un barrage. Ce lac artificiel recouvre en réalité l'ancienne ville enfouie il y a vingt ans. Un jour, un étrange baril rouge remonte à la surface, contenant un squelette.
No se replonge dans l'enquête d'une disparition étrange simultanée de trois enfants il y a 20 ans. Peu à peu, les habitants qui semblent sans histoire révèlent leur secret bien enfoui en même temps quel leur ancien village…

J'ai ADORE ce roman ! Je l'ai dévoré, je ne me suis à aucun moment ennuyé et vraiment c'est un véritable coup de cœur. Je me suis énormément attachée à No, jeune femme si fragile et si forte à la fois qui tente de se reconstruite en s'appuyant sur ses faiblesses passées et restant professionnelle coûte que coûte. Son plus gros travail ? Apprivoiser ce reflet dans le miroir et rester confiante dans sa beauté si différente et peu conventionnelle.
L'enquête est palpitante. Les rebondissements constants, j'ai vraiment ressenti du stress à certains passages (notamment durant la plongée… Je n'en dis pas plus, vous me direz quand vous l'avez lu !) et le dénouement est vraiment bien ficelé.

On sent que l'auteur est également scénarisateur, toutes ses scènes sont très bien décrites ! 

Note : 5/5
(Bravo à toi si t'es encore là dans la lecture de cet article !)



Le jour de ma mort
Jacques Expert - 2019
Edition Sonantine



Dernier roman du mois d'Avril, le dernier jour de ma mort, roman rempli d'angoisse !

Imaginez… Vous vous rendez entre copines à un enterrement de vie de jeune fille à Marrakech lorsqu'un voyant vous propose de vous prédire votre avenir.
Vous vous attendez à tout, sauf à entendre que 3 ans plus tard, le 28 Octobre, vous allez mourir d'une mort violente.

Charlotte arrive à cette date fatidique du 28 Octobre. Dans un premier temps, elle n'a pas voulu prêter attention à cette prédiction, sauf qu'une fois arriver à sa "dead line" (c'est le cas de le dire), elle ne peut s'empêcher de baliser. D'autant qu'un tueur en série sévit à Paris. Sa cible ? Les blondes avec un chat. Et devinez quoi ? Elle est blonde, et a un chat...

La vraie prouesse de Jacques Expert est d'avoir fait en sorte que presque toute l'action se déroule dans l'appartement ou du moins dans l'immeuble de Charlotte sans jamais avoir de temps mort.
Charlotte ? Une tête à claque ! On a envie de la secouer, de lui dire de se resaissir, de rester pragmatique...
Oui mais si au final, tout ça était vrai ? Si elle était la cible d'un serial killer ?

Durant le roman, on alterne entre la panique de Charlotte, raconté à la troisième personne. L'autre moitié, on est invité dans la tête du serial killer, raconté à la première personne. Comme vous l'aurez compris auparavant, j'apprécie ces romans chorales qui rendent la lecture plus vivante en lui apportant plus de rythme.
Un très bon roman que je vous recommande !

Note : 4/5



Bilan musical
Je vais faire vite promis pour ne pas vous noyer… Et je ne vais vous parler que d'un album qui m'a accompagné sur les derniers jours d'Avril, le dernier d'Hillsong United.
Hillsong est une "big Church" à l'américaine (entre autre, elle accueille Justin Bieber depuis peu !). Leader dans la louange, j'avoue que leur dernier album est vraiment vraiment bon. Je vous encourage vivement à le découvrir et à chercher à découvrir le sens des paroles… C'est encore mieux !



Bilan perso

Quel mois les amis, quel mois...

La raison de mon manque de motivation récemment ? De gros changements professionnels.

Je vais la faire courte ; ça n'allait plus dans mon ancien boulot, j'ai dû démissionner, démission qui n'a pas du tout été évidente à vivre pour moi. Comme vous le savez, je suis chrétienne et ces différents changements m'ont aussi conduit à changer d'église. Difficile du coup de perdre tous plein de repères en très peu de temps et sincèrement, je ne pensais pas que 2019 m'apporterait autant de chamboulements dans ma vie (et mon petit doigt me dit que ce n'est pas fini…).

Bref, j'ai donc commencé mon nouveau boulot juste fin Mars. Je suis assistante sociale dans la protection de l'enfance. Pour l'instant je m'y sens bien, l'équipe est bienveillante et le boulot très intéressant (bien que très prenant émotionnellement parlant, le fait de me plonger dans des livres m'aide vraiment bien à couper le soir !).




Sinon grosse grosse nouveauté… J'ai rejoins le comité de Pilotage du Festival Sans Nom et je suis tellement ravie de rejoindre cette aventure !
Je vous en parlerai plus en détail dans les mois à venir, mais je suis contente de pouvoir m'engager dans ce nouveau projet qui me permettra de vivre un peu plus ma passion pour la lecture et d'aller à la rencontre des auteurs du Polar (le parrain n'est autre que Bernard Minier…) !



Assez parler ce mois-ci, j'espère ne pas vous avoir abruti ! En attendant, je vous souhaite un très joli mois de Mai.


Je vous embrasse,
Debora


Commentaires

  1. Bonjour Déborah
    Je t'avais découverte lors de ta présentation du dernier roman de Bussy lors de l'apéro littéraire de Carobookine à Ottmarsheim.
    Ton enthousiasme avait piqué ma curiosité. J'ai commencé à te suivre sur Instagram (je me suis empressée de filer à la librairie Bisey acheter le roman Surface d'Olivier Norek 😊) et j'ai découvert ton blog sur lequel j'ai accroché car tu partages également tes goûts pour la musique et les voyages.
    Et cerise sur le gâteau, tu livres également une partie de toi.
    A travers tes mots, on peut se reconnaître et se sentir moins seule dans les moments difficiles...
    Je vais donc continuer à te suivre sur ton blog (avant de te découvrir en librairie ?)
    Je te souhaite très bonne continuation dans ton nouveau projet du festival sans nom.
    Au plaisir de découvrir tes prochains coups de coeurs lors des apéros littéraires Carobookine.
    Anne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci du fond du cœur Anne pour ce très joli commentaire qui me touche énormément ! A très bientôt sur Insta ou au salon du livre à l'apéro littéraire !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés